Evaluation du réseau de paiement Marchand en Côte d’Ivoire

D’après le rapport de GSMA qui fait le point sur le secteur d’argent mobile en 2017, le paiement marchand est la première des priorités en termes de produits en 2018 pour 60% des fournisseurs interrogés.
Les avantages des solutions de paiement marchand sont nombreux: digitalisation de milliards de transactions journalières,développement de solutions financières conçues pour les commerçants, opportunité de revenus pour les fournisseurs de services financiers digitaux, réduction des charges de gestion du réseau d’agents.
Pourtant, en Côte d’Ivoire, les taux d’activité des marchands et des clients restent faibles* bien que le service soit pour l’instant gratuit.
Les fournisseurs doivent identifier les leviers appropriés pour accélérer l’adoption et l’usage.

État des réseaux d’agents en République démocratique du Congo (RDC) 2018

La population de la RDC est extrêmement dispersée au sein d’un pays confronté à des niveaux d’instruction faibles, des antécédents de chocs financiers, des conflits et des infrastructures défaillantes. Une étude récente a montré que, même en excluant la population des zones rurales profondes, seuls 2,3 millions (12 %) de la population adulte disposent d’un compte bancaire. Malgré ces difficultés, le nombre d’abonnés aux systèmes d’argent mobile a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie, passant de 4,9 millions en 2007 à 29,3 millions en 2017, soit un taux de croissance annuel moyen de 20 %, avec un taux de pénétration unique d’abonnés, qui est passé de 8,2 % à 35,5 % sur la même période. Cela offre de solides arguments en faveur de l’argent mobile, compte tenu de la base d’utilisateurs potentiellement importante au regard de la population totale du pays, qui est d’environ 77,2 millions d’habitants. Près de 40 % des individus possèdent un téléphone portable alors que seulement un sur 100 000 a accès à une agence bancaire ou à un guichet automatique de billets (GAB)

Outil du service clientèle

Comment le service clientèle s’intègre-t’il dans une institution financière orientée marché ? Pourquoi et comment investir dans un service clientèle ? Cet outil est conçu pour vous aider à créer une « Stratégie du service clientèle ». Grâce à la préparation et
à la mise en application d’une telle stratégie, vous serez capables de faire face aux challenges du service clientèle que votre institution rencontrera et, ce qui est le plus important, de pouvoir suivre des mesures actives pour accomplir vos buts du service clientèle.

Cartographie des processus : « boîte à outils » à l’usage des IMF

La cartographie des processus a été intégrée à « L’outil pour l’analyse du risque institutionnel et de produit pour les IMFs « . Il s’agit d’une méthode qui permet de décider si les mécanismes de contrôle interne intégrés aux procédures d’appui destinées aux nouveaux produits sont adéquats. Il s’agit également d’un outil qui permet d’évaluer les mécanismes de contrôle interne sur la base d’une approche orientée vers la gestion des risques. Cependant, nous n’avons jamais présenté ni expliqué la manière dont doit être réalisé un exercice de cartographie. Cette boîte à outils a pour but de combler cette lacune.

L’épargne des pauvres et ses risques relatifs

L’objectif primaire cette étude est de quantifier le risque relatif encouru par les pauvres lorsqu’ils épargnent dans les secteurs formel, semi-formel et informel. Plus spécifiquement, les questions suivantes ont été posées : 1. Quels sont les systèmes/services d’épargne formels, semi-formels et informels auxquels les pauvres ont recours (s’ils épargnent) ? 2. Quelles ont été les sommes épargnées par les pauvres dans ces divers systèmes au cours de l’année passée ? 3. Combien d’argent ont-ils perdu sur cette même période dans les divers systèmes ?