Rencontre avec Fabrice Koffi, co-fondateur de la start-up KEIWA

En Côte d’Ivoire, 40% du PIB provient du secteur informel. Quasiment 94% de l’emploi en Côte d’Ivoire est informel. Si on arrivait à convertir 1% de ce secteur informel, la Côte d’Ivoire gagnerait 10% de croissance. Keiwa est une application mobile et web née en Côte d’Ivoire, qui permet aux PME et TPE de gérer leur comptabilité en ligne en toute simplicité. Comment est né ce projet? Comment ca marche?
Fabrice Koffi son co-fondateur a accepté de nous en dire un peu plus.Bonne écoute.

Comment améliorer les solutions numériques pour les agents bancaires en RDC ?

Durant la dernière décennie, les régulateurs de beaucoup de pays africains ont mis en place des mesures pour encadrer les activités liées aux réseaux d’agents, les canaux alternatifs ou la distribution des services financiers. Parmi ces mesures: la non exclusivité des agents. En République Démocratique du Congo (RDC), de plus en plus de réseaux d’agents se développent. Par exemple pour les banques (Cash Express, FBN Monie, Ecobank Xpress et Pepele Mobile), pour les IMFs (FINCA eXpress, Cahi Digital, SMICO Digital  et Guilgal Cash), ou encore pour les OTM (M-Pesa, AirtelMoney, Orange Money et Afrimobile Money). Comme dans plusieurs pays, en RDC les fournisseurs de services financiers (FSF) digitaux tels que les opérateurs de téléphonie mobile, les institutions financières, les Fintechs ou autres fournisseurs de services financiers, ne sont plus autorisés à avoir des agents dédiés. Par conséquent, les agents offrent une très large gamme de services des OTM et des institutions financières mais en utilisant à chaque fois un support propre à chaque fournisseur (terminal de paiement ou téléphone).

Cinq astuces pour améliorer l’adoption des paiements marchands en Afrique Francophone

Les paiements électroniques ne représentent que 5% des transactions dans l’UEMOA. Le cash reste donc de loin roi malgré une politique de plus en plus orientée vers la digitalisation des paiements aussi bien dans les administrations, que dans les commerces, démontrée par la progression de l’adoption de ces canaux numériques. En ce sens, si aujourd’hui plus de 80% des paiements se font en espèces, on voit arriver sur le marché une diversité de structures de paiement offrant des solutions de paiements digitaux dans le but de simplifier les transactions. Malgré cela, l’enthousiasme est très timide et l’adoption faible auprès des commerçants. Pourquoi ? 

Rencontre avec Chris Ayale WAKOMYA, fondateur de Kivu Green en RDC

Fils d’un agriculteur et d’une institutrice, Chris Ayale WAKOMYA est passionné d’agriculture et de Technologie. C’est pourquoi il a décidé de lancé KivuGreen. KivuGreen est une plateforme web-mobile et SMS-USSD qui connecte tous les acteurs du monde agricole aux marchés et aux informations agricoles. Nous avons eu la chance d’échanger avec Chris Ayale WAKOMYA qui nous raconte son parcours, ses obstacles, ses ambitions.
Bonne écoute.

Les jeunes entrepreneurs ont-ils besoin de nouvelles compétences dans un monde numérique qui évolue rapidement?

D’ici 2030, des compétences numériques seront essentielles pour 50 à 55 % des emplois au Kenya, 35 à 45 % en Côte d’Ivoire, au Nigeria et au Rwanda, et 20 à 25 % au Mozambique et les compétences numériques de base représenteront environ 70 % de la demande, tandis que les compétences numériques non liées aux TIC et de niveau intermédiaire ne représenteront que 23 % de la demande.

Rencontre avec Rukayatou SAKA, directrice générale de Amira Global Technologie

Rukayatou SAKA, est directrice générale de Amira Global Technologies une entreprise spécialisée dans le digital. Après une expérience salariée elle a commencée a développer son activité. En 2019, elle lance paiement pro, une application de paiement en ligne. Mais être une femme dans ce domaine n’est pas sans embûches. Elle ne s’en arrête pas là pour autant. Elle lance entre autre l’incubateur accélérateur « Performer » qui accompagne les entrepreneurs en particulier les femmes qui veulent adapter leur business au digital. Un parcours très riche et très inspirant qu’elle partage à notre micro.
Bonne écoute.

Les défis d’un agent bancaire dans une zone d’insécurité en RDC, rencontre avec Aline

Peu sont ceux qui se trouvent en face d’une femme pour effectuer les transactions sur un terminal de paiement. Madame Aline Mutabesha (AM), est agent bancaire de plusieurs fournisseurs de services financiers (OTM et Institutions financières). Aline a 26 ans et est détentrice d’un bac en techniques sociales. Après des recherches de travail infructueuses, elle s’est lancée dans l’activité d’agent bancaire.